Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le BGG-Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg avec Ruby Barnhill, Mark Rylance, Penelope Wilton, Rebecca Hall.

Publié le par Charley Smith

Le BGG-Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg avec Ruby Barnhill, Mark Rylance, Penelope Wilton, Rebecca Hall.

Vu le 24 juillet

 

Oh mince, c'est dommage. J'adore Spielberg mais Le BGG ne restera pas comme l'un de ses meilleurs... Et la comparaison n'y échappera pas, E.T. est mieux que le BGG...

On va y aller en douceur...

 

Tout d'abord ce que j'ai aimé :

  • Les géants : ils sont numériquement super bien fait, les textures de la peau et les mouvements sont géniaux. Il y a un réel travail sur cela.

 

  • Les décors : ils sont très bien réalisés aussi, malheureusement on a pas assez de plan large pour bien apprécié la grandeur des décors, pour un film sur les géants, c'est pas cool...

 

Les moins :

  • L'histoire : l'histoire est moyenne, elle est pas exceptionnelle, et la résolution est trop rapide... Dans E.T. l'enjeux était très clair, si E.T. mourrait, Elliott mourrait aussi, ils étaient liés psychiquement. Hors dans le BGG, il n'y a rien, c'est vide de sens, ils sont liés d'amitiés. Les géants ne menacent pas réellement la Terre, et l'histoire aurait pu s'arrêter bien plus tôt.

 

  • Un jeu des 7 différences : c'est assez flou la frontière des dates dans un film, quand ce n'est pas stipuler précisément, on peut essayer de se faire une idée de la diégèse du film grâce au décor et au moyen utilisé. Ici dans le BGG, au début, on se dit que le film commence dans les années 20 grâce notamment au décor de la rue et de l'orphelinat ainsi que les costumes, puis on voit une voiture, une Ancienne Coccinelle Volkswagen... Et plus le film avance plus on se rend compte que Steven Spielberg a voulu faire un mélange avec les années fantastiques où tout le monde imaginaient des histoires avec des géants et aujourd'hui avec la technologie et tout ce qui se passe autour... C'est assez compliqué et floue comme frontière, ce qui nous fait poser des questions au lieu d'y répondre.

 

  • La musique : je suis au regret d'annoncer que la musique du film et la musique dans le film sont des choses inexistantes, je m'en souviens pas, elle m'a pas marqué, je pensais que John Williams allait encore m'éblouir et redonner de la vigueur au film, mais non, juste une fois dans le film où la musique a eu son importance, c'est dans la chambre du petit garçon, à chaque fois qu'un rêve passe, une musique se déclenche, mais sinon, c'est vraiment pas marquant.

 

Voilà, donc bilan très mitigé pour ce dernier film Spielberg sorti. C'est simple et enfantin mais malheureusement le coup de maitre d'ET n'est pas renouvelé, les enfants aimeront pour le merveilleux de l'univers du BGG mais les adultes s'ennuieront plus qu'autre chose.

Dommage.

Commenter cet article